Médiations africaines : Omar Bongo et les défis diplomatiques d’un continent PDF

En raison de l’accès médiations africaines : Omar Bongo et les défis diplomatiques d’un continent PDF au réseau Internet, le projet avance lentement. Internet, et le rythme de croissance des publications s’accélère.


Peu d’observateurs, voici un demi-siècle, imaginaient que le « Cendrillon » de l’Afrique centrale serait capable de jouer un rôle de premier plan sur la scène africaine et de bénéficier d’une visibilité internationale. Ancienne « colonie », le Gabon a pourtant conquis sans heurts le statut d’Etat souverain. Tardivement créé, il a su prendre en charge la totalité de son territoire et connaît une indiscutable prospérité. Dans une Afrique perçue comme une terre d’émigration, dont la politique étrangère est trop souvent réduite à ses relations avec l’ancienne puissance coloniale, il est une terre d’immigration, ouverte au monde. Fort de la stabilité du pays et des ressources liées à la croissance économique, le président Omar Bongo a déployé depuis 1967, à l’échelle du continent africain, une diplomatie de la paix discrète mais volontariste. La multiplication des « sommets de crise » a vu s’accentuer ce rôle méconnu. Une action que cet ouvrage — bénéficiant d’entretiens exceptionnels, en particulier avec Abdou Diouf, Kofi Annan, Jacques Chirac, Roland Dumas — soumet à un bilan critique. Quatre décennies de conflits africains et de médiations sont ainsi évoquées. Autant de réussites, et parfois d’échecs, liés à la personnalité complexe d’Omar Bongo.

Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne. En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon. La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne. De son côté, Brewster Khale fonde Internet Archive.

En 1997, la Bibliothèque nationale de France crée Gallica. En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé. Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle. En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques. L’année 2001 marque enfin la création du premier smartphone.

En 2004, la compagnie Sony produit sa propre tablette. En 2007, Amazon commercialise Amazon Kindle, ou Kindle, qui permet à l’entreprise de se spécialiser dans la lecture numérique, alors qu’elle se concentrait jusque là sur l’édition numérique. 2008, la qualité de lecture sur l’écran des liseuses s’améliore considérablement. De nombreux éditeurs commencent dès lors à distribuer, sous format électronique, des livres tombés dans le domaine public.

Au même moment, pour une question de coûts et de rentabilité, certains éditeurs commencent à publier leurs auteurs de cette manière. C’est la  transposition à l’identique d’un livre papier en version numérique . Le livre numérique homothétique respecte les limitations physiques du livre malgré l’absence de ces limitations dans un environnement numérique. Il s’agit de la forme la plus répandue et de la première à être apparue. Ce type de livre vient compléter la version imprimée grâce aux avantages que permet le format numérique, tant sur le plan de la forme que du contenu. Ainsi, par les possibilités d’enrichissement quasi infinies de l’œuvre qu’il admet, le type enrichi est de plus en plus exploité. Marcoux écrit qu’il s’agit du livre  créé par ou pour le numérique , c’est-à-dire que le livre originairement numérique a été pensé en fonction du format numérique et de ses potentialités techniques.