Management & financement de l’innovation PDF

L’expression open innovation a été proposée management & financement de l’innovation PDF promue par Henry Chesbrough, professeur et directeur du Center for Open Innovation à Berkeley. Les entreprises innovantes cherchaient à protéger leurs découvertes en les maintenant confidentielles.


Au cours des deux décennies passées, le champ de l’innovation s’est élargi avec l’avènement sur la scène internationale de l’Asie, l’Inde y occupant une place de leader. Si le continent nord-américain est toujours un pôle puissant de R&D, il est dorénavant mis en partage avec d’autres pays qui renforcent la concurrence mondiale. L’Europe et la France en particulier, traditionnellement motrices, sont entrées dans cette compétition planétaire. Le projet de novation, porté par un effort financier et un management performant, prend forme progressivement jusqu’à remporter un succès économique sur le marché pour devenir une innovation au sens plein. Comment innover, financer et mettre en oeuvre un projet ? Ce livre expose point par point l’ingénierie d’un projet innovant et les relations avec les investisseurs. En reliant théorie économique, gestion financière, stratégie, management et marketing, il permet à tous les acteurs de se comprendre mutuellement pour collaborer efficacement à la naissance de nouvelles entreprises qui, espérons-le, deviendront des pépites. Didactique et fondé sur l’expérience des auteurs, cet outil de pilotage et d’aide à la décision – le premier du genre – décrit : la place que doit prendre l’innovation dans l’économie générale et comment elle s’insère dans le fonctionnement des marchés ; la gestion de projet et l’incertitude, notions communes aux entreprises installées et aux start-ups ; à partir de l’écriture du Business Plan, le montage et la dynamique d’évolution de l’entreprise d’innovation, les modèles de financement et les sources de revenus pour accélérer sa croissance ; la fiscalité et les aides publiques ; une méthode de valorisation de l’entreprise innovante. Cet ouvrage intéresse les acteurs de l’innovation et son écosystème : Les dirigeants des jeunes entreprises innovantes, les incubateurs/les accélérateurs. Les chefs de projet d’innovation et leurs équipes ad hoc. Les conseillers, experts-comptables, avocats d’affaires et en propriété intellectuelle. Les pouvoirs publics ainsi que les politiciens qui oeuvrent pour l’innovation. Les plateformes d’intermédiation, Les investisseurs et les gestionnaires d’actifs. Ce livre est une référence pédagogique pour les enseignants, les étudiants d’université et élèves de grandes écoles d’ingénieurs et de commerce – en particulier les étudiants-entrepreneurs et les Pôles Etudiants pour l’Innovation, le Transfert et l’Entreprenariat (PEPITE).

Elles faisaient peu d’efforts pour assimiler des innovations venant de l’extérieur de leurs laboratoires de recherche et développement, d’autant que ces innovations n’étaient elles-mêmes diffusées qu’avec retard en raison du secret qui entourait leur élaboration. Une grande part de l’innovation ouverte se rapporte à de l’innovation incrémentale de processus. Plus largement, on peut inclure dans l’innovation ouverte la création de nouveaux modèles économiques construits sur la base d’idées empruntées à des domaines différents mais constituant finalement un tout cohérent. L’innovation ouverte modifie en profondeur les frontières de l’entreprise. Dans le paradigme de l’innovation fermée, une entreprise doit contrôler la génération de ses propres idées, ainsi que la production, la commercialisation, la distribution, l’entretien, le financement et le soutien.

Par conséquent, il a été laissé à d’autres sociétés de prendre le nouveau cycle de développement de produits à leurs charges. Il n’y avait pas le temps d’attendre que la communauté scientifique soit plus impliquée dans la pratique de l’application scientifique. La disponibilité croissante et la mobilité des travailleurs qualifiés. La croissance du marché du capital-risque. Possibilité externe à la société pour des idées qui prennent la poussière.

La capacité croissante des fournisseurs externes. Ces quatre facteurs ont abouti à un nouveau marché de la connaissance. La connaissance n’est plus exclusive à la société. Elle réside dans les employés, les fournisseurs, les clients, les concurrents et les universités. Si les entreprises n’utilisent pas les connaissances qu’elles ont en interne, quelqu’un d’autre l’utilisera. Pour faciliter l’innovation ouverte, une nouvelle catégorie d’acteurs a vu le jour celui  d’intermédiaires de l’innovation ouverte .