Misère de la prospérité (essai français) PDF

Pascal Bruckner passe son enfance entre l’Autriche, la Suisse et la France. Un bon fils, publié en 2014. Dans Un bon fils, il évoque l’extrême violence physique exercée par son père à l’encontre de sa mère et de lui-même. Danièle Thomson et misère de la prospérité (essai français) PDF-fille du réalisateur Gérard Oury.


Né en 1948, romancier et essayiste, Pascal Bruckner est, entre autres, l’auteur de La tentation de l’innocence ( Prix Médicis de l’essai en 1995) et Les Voleurs de Beauté (Prix Renaudot en 1997). Il a publié récemment chez Grasset, L’Euphorie perpétuelle (2000). « Dans nos pays développés, l’économie prétend de plus en plus régir les esprits et l’ensemble des activités humaines. 1989 devait marquer le triomphe sans partage de la démocratie et du doux commerce sur l’ensemble de la planète. Or depuis plus de dix ans, le capitalisme déçoit : non seulement il laisse des centaines de millions d’hommes au bord de la route mais, en Europe et en Amérique, malgré un enrichissement sans précédent, il ne cesse de creuser les inégalités et d’affaiblir les classes moyennes menacées par le spectre de la paupérisation. La solution serait-elle dans une remise en cause du système ? Ceux qui s’opposent à lui (les antimondialisations et leur discours à vide) partagent la même logique : voir dans le marché la source de tous les maux là où les libéraux célèbrent la source de tous les bienfaits. Dépréciée ou adulée, l’idole reste l’idole. Il faut donc s’affranchir de la fascination réciproque par le mode de production où communient les frères ennemis. Ce n’est pas du capitalisme qu’il faut sortir, c’est de l’économisme. La volonté du marché est de reconstruire la société sur son modèle, de périmer le politique, la culture, l’éducation ; d’imposer partout un seul type d’hommes, le consommateur-entrepreneur qui pense ses rapports au monde sous le seul angle du service et de la prestation. Il est grand temps de désacraliser le capitalisme, qu’on soit pour ou contre, et de réfléchir à une autre vie. » P.Bruckner

Depuis 1986, il enseigne dans des universités américaines, notamment celle de New York. Outre ses activités d’écrivain, Pascal Bruckner est éditeur chez Grasset. Il collabore au Nouvel Observateur, au Monde et à Causeur. Comme il l’explique dans Un bon fils, il est, dans les années 1970, proche des mouvements gauchistes, plutôt libertaires, et sympathisant du Parti socialiste unifié.

Il fait partie, à cette époque, des  nouveaux philosophes . En 1986, Guy Hocquenghem le critique dans sa Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary. De 1983 à 1988, il est membre du conseil d’administration d’Action contre la faim. Croatie d’abord, puis en Bosnie et au Kosovo. En mars 2003, favorable à la destitution de Saddam Hussein, il appuie la guerre d’Irak lancée par le gouvernement de George W.

Autrefois de gauche, il soutient Nicolas Sarkozy pour le second tour de l’élection présidentielle de 2007. Il dira plus tard en avoir été déçu. En novembre 2013, il signe le  Manifeste des 343 salauds  publié par la revue Causeur, qui défend les hommes faisant appel aux services de prostituées. Invité de l’émission  C Politique  de France 5 le 22 octobre 2017, Pascal Bruckner est interrogé sur l’écriture inclusive qu’il qualifie de  mélange de crétinisme et de totalitarisme . La Tyrannie de la pénitence : Essai sur le masochisme Occidental, Grasset, 2006 Prix Montaigne. Lunes de fiel, Seuil, 1981 Adapté au cinéma par Roman Polanski.

Qui de nous deux inventa l’autre ? Les Voleurs de beauté, Grasset, 1997 Prix Renaudot. Bruckner est un patronyme germanique signifiant  pontonnier  et porté originellement aussi bien par des protestants que par des juifs. Hors des pensées battues , Luc Le Vaillant, Libération.

L’histoire de son père nazi, Myboox. Mon père ce vieux salaud , Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur, 14 avril 2014. Pacal Bruckner, mon père ce nazi, Raphaëlle Leyris, Le Monde, 17 avril 2014. Mon fils était très gêné que je l’écrive.

Il ne l’a pas lu, et ne voudra pas le faire. Ma fille, qui est beaucoup plus jeune, et qui, elle, est juive, craignait que je ne passe moi-même pour antisémite. Pascal Bruckner,  Punir Milosevic , Le Monde, 8 avril 1994. Point de vue : la faute , Pascal Bruckner, André Glucksmann et Romain Goupil, 14 avril 2003. Irak : silence des néoconservateurs français , Béligh Nabli, huffingtonpost. Pascal Bruckner,  L’intervention américaine en Irak : l’effroyable gâchis , Le Figaro, 11 mai 2004. Pascal Bruckner associe LGBT et pédophilie, une « plaisanterie » douteuse , LExpress.