Oeuvres de Boullanger: Tome 5 PDF

Grâce oeuvres de Boullanger: Tome 5 PDF la protection des rois et aux nombreux dons que le prieuré reçoit, il peut fonder une trentaine de filiales réparties sur dix diocèses, et ses possessions s’étendent jusqu’en Angleterre. Le chœur de l’église priorale est édifié entre 1135 et 1155 environ. La Révolution française met un terme à l’existence du prieuré en 1790. L’église est en grande partie restaurée, voire reconstruite, sous l’architecte Léon Vaudoyer, à partir de 1845.


This Elibron Classics book is a facsimile reprint of a 1794 edition published in Amsterdam.

Vaudoyer crée aussi des bâtiments supplémentaires, qu’il convient de ne pas confondre avec ceux de l’ancien prieuré. La partie sud-est du déambulatoire et le clocher sont restaurés par Henri Deneux entre 1913 et 1916, et l’église accueille depuis lors une partie des collections du musée. Cet oratoire étant construit à une porte de Paris ne semble pas correspondre à l’église Saint-Martin-des-Champs. Histoire du prieuré Saint-Martin-des-Champs – Le roi Philippe Ier et la consécration de l’église par les moines de Cluny. Cette église est de nouveau évoquée dans le dernier tiers du IXe siècle dans un polyptyque de Saint-Pierre-des-Fossés, avant le siège de Paris par les Normands qui a dû entraîner sa ruine.

La reconstruction s’effectua beaucoup plus tard, et la basilique ne renaquit apparemment plus. L’église a été implantée sur une petite butte à côté des marais qui se trouvaient dans un ancien bras de la Seine inondé pendant les périodes de crue du fleuve. En 1059 et 1060, le roi Henri Ier y fonda une collégiale à la fin de sa vie, ce qui donna sans doute la véritable impulsion pour la reconstruction de l’église. Ses possessions se situent en partie en Angleterre. Selon le prieur Pierre le Vénérable, futur abbé de Cluny, le nombre de moines, frères lais compris, atteint les trois cents. Aucun document n’atteste la date de début de chantier, et l’on connaît encore moins le nom du maître-d’œuvre.

La comparaison avec d’autres monuments fait pourtant paraître évidente une datation plus tardive. Avant et surtout, l’église de Saint-Martin-des-Champs est considérée comme édifice pionnier pour le développement de l’architecture gothique, bien que faisant lui-même encore partie de l’architecture romane. Chapiteaux avec monstre, personnage et entrelacements. 1225 et 1235, le cloître gothique est élevé au nord de l’église. Ils ont permis la datation à Danielle Valin-Johnson et Philippe Plagnieux. Ce même auteur pense que la nef elle aussi date des années 1130, ce que lui montrent les contreforts et le remplage des fenêtres, qui est proche du dessin des baies hautes du chevet de la basilique Saint-Denis.

Le nouveau réfectoire, chef-d’œuvre du gothique rayonnant, est apparemment édifié plus ou moins simultanément. Ses dimensions sont impressionnantes : il mesure 42,80 m de long pour 11,70 m de large. Léon Vaudoyer, il sert de bibliothèque au Conservatoire national des arts et métiers en 1852, mais n’est pas ouvert à la visite. Un quatrième grand chantier a lieu pendant le règne de saint Louis : c’est la construction d’une nouvelle enceinte fortifiée, dont plusieurs tours et des portions de mur sont toujours visibles rue du Vertbois. Il est par contre compris dans l’enceinte de Charles V. Le prieuré Saint-Martin-des-Champs à l’intérieur de son enceinte avec l’église Saint-Nicolas-des-Champs.