Oublier Marquise: Le temps des femmes PDF

La page que vous cherchez n’existe pas. Nous vous prions de bien oublier Marquise: Le temps des femmes PDF nous en excuser.


1703. Mariée à Armand de Belle-Isle dont elle a deux enfants, Marquise rêve de devenir un peintre reconnu. Au cours d’une réception, elle tombe amoureuse d’un jeune artiste surdoué, fragile et irrésistible, Antoine Watteau. Ils s’aimeront à la folie. Il l’initiera aux fêtes galantes ; elle l’admirera et l’accompagnera jusqu’à sa mort prématurée, à trente-sept ans.
Bâtarde secrète de Louis XIV, Marquise charmera le vieux roi : il la légitimera dans son testament. Devenu régent, le duc d’Orléans qui abusa d’elle, trahira les dernières volontés du monarque. Elle n’aura de cesse, dès lors, de se venger, ira jusqu’à conspirer avec la duchesse du Maine et une bande d’aventuriers. Complots, enlèvements, jeux de masques, elle ne reculera devant rien.
Un roman illuminé par l’amour et le génie de Watteau.

Création graphique ; Studio Flammarion

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Les Liaisons dangereuses, sous-titré Lettres recueillies dans une société et publiées pour l’instruction de quelques autres, est un roman épistolaire de 175 lettres, écrit par Pierre Choderlos de Laclos et publié en 1782. La marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont se jouent de la société pudibonde et privilégiée dans laquelle ils vivent. Il n’en va pas de même pour cette dernière. Si elle se doit de rivaliser avec le vicomte sur le terrain des aventures d’alcôve, la marquise de Merteuil, de plus, est contrainte à la dissimulation.

Pour être son égale, la marquise de Merteuil doit, en plus, réussir à s’extraire du rôle qui lui est dévolu. Toute la force du roman réside dans la double narration de ces deux intrigues entremêlées. Le récit de leurs aventures libertines respectives, de leurs stratégies et de leurs péripéties mais aussi le combat qu’ils se livrent l’un contre l’autre. Un combat qui apparaît tout d’abord comme un jeu de séduction pour ensuite se transformer en rivalité destructrice. En définitive, les deux combattants se prendront mutuellement ce qu’ils ont de plus précieux.

Illustration de la lettre XCVI des Liaisons Dangereuses, 1796. L’absence de narrateur principal fait que le lecteur se construit peu à peu son opinion sur chaque personnage, puisqu’il a à sa disposition l’ensemble des lettres. Les meneurs de jeu sont ces libertins qui n’ont pour but que de séduire et arriver à leur fin avec les femmes qu’ils rencontrent. En un mot : collectionner les conquêtes.