Récits de voyage, tome 2 : Les Merveilles de l’Orient. PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Un récit de voyage ou relation de voyage est un genre littéraire dans lequel l’auteur rend compte d’un ou des voyages, des peuples rencontrés, des émotions ressenties, des choses vues et entendues. L’étude des récits de voyage, tome 2 : Les Merveilles de l’Orient. PDF de voyages conduit à une sorte d’ imagologie  correspondant à un imaginaire littéraire projeté sur la réalité.


Cette littérature doit rendre compte d’impressions, d’aventures, de l’exploration ou de la conquête de pays lointains. Pour l’historien, le récit de voyage est également une source historique qu’il convient de contextualiser et d’analyser. Le récit de voyage a, de prime abord, un but didactique. Il s’adresse généralement à un public de même culture que l’auteur, ce qui contribue à créer un puissant lien entre lui et le lecteur. La description: procédé le plus efficace et courant. La description est essentielle car elle est le moyen le plus direct de transmettre le savoir et les connaissances acquises au lecteur. La comparaison: parce que la réalité qui est décrite est nouvelle, l’auteur a souvent recours à la comparaison avec quelque chose de connu pour démontrer la différence, expliquer l’étrangeté.

Ce procédé teinte toujours le récit de voyage d’une subjectivité, car, en utilisant des comparaisons avec ce que l’auteur connait, il ne peut rester totalement objectif. C’est la raison pour laquelle les récits de voyages tentent toujours d’être le plus près possible de la réalité et les plus objectifs possible, sinon ils échouent d’entrée de jeu à leur prétention d’éducation. Un des premiers récits connus de voyage est Le devisement du monde de Marco Polo écrit en 1299 alors qu’il est en prison. Les précurseurs de ce genre sont Chapelle et Bachaumont, avec leur livre Voyage. Ce type de littérature ne fera néanmoins pas long feu, et on n’en trouvera plus de traces dès le XVIIIe siècle. Le sous-genre du voyage humoristique se place à l’opposé du genre traditionnel du récit de voyage, car il n’aspire pas à procurer des connaissances. Européens des côtes d’Afrique puis du Nouveau Monde attise sinon la soif de l’or du moins celle de la connaissance.

Marchant dans les pas du succès de Marco Polo, Jean de Mandeville écrit un Livre des merveilles du monde – également un succès pan-européen – dont l’avenir montrera qu’il est fantaisiste et inventé. Il prétend être allé en Chine, mais n’a pas dépassé l’Égypte. Daniel Defoe donne à ce sous-genre ses lettres de noblesses avec son Robinson Crusoé qui donne naissance au mot  robinsonnade . 1581, Avec des Notes par M.