Raconte-moi Vienne : Sainte et maudite PDF

Je comprends qu’en m’abonnant, je choisis explicitement de recevoir la newsletter du blog « neuvaines3 » et que je peux facilement et raconte-moi Vienne : Sainte et maudite PDF tout moment me désinscrire. La mère de Jésus dit aux serviteurs :  Faites tout ce qu’il vous dira. Car si notre coeur nous condamnait, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît tout.


Confier la narration de l’Histoire à ceux qui en furent, des siècles durant, les témoins ou les acteurs, est une aventure que n’a pas hésité à tenter, avec bonheur, André Trabet sur sa ville natale de Vienne en Dauphiné. Une ville qui peut s’enorgueillir d’un des plus brillants passé de l’Histoire de France, depuis les Allobroges dont la révolte aboutira à la fondation de Lugdunum, la future grande rivale. Jusqu’aux guerres de religion dont elle garde encore les stigmates. Son principal témoin : Le Rhône ! Ses interlocuteurs : Les Allobroges, les Romains (dont
l’Empereur Valentinien II qui s’y fait assassiner). Le Pape Clément V le Roi Philippe le Bel, Nogaret, le théologien espagnol Raymond Lulle, tous présents en 1311/1312 lors du Concile qui abolit l’Ordre des Chevaliers du Temple. Michel Servet, viennois d’adoption, condamné au bûcher par Calvin. Ses dialogues reflètent, sinon la réalité historique, l’ambiance de ces événements dont la trace indélébile est encore accessible aux nombreux visiteurs qui parcourent les sites où ils se sont déroulés et que le temps a bien voulu épargner. La légende, compagne indissociable de l’Histoire, trouve harmonieusement sa place dans cet ouvrage qui a su, bien avant sa parution, séduire la Compagnie Lyonnaise de Cinéma et FR 3 Rhône-Alpes Auvergne, qui en ont co-produit un documentaire/fiction réalisé par le talentueux Georges Combes. Les photographies qui illustrent ces pages ont été prises pendant le tournage du documentaire, elles permettent de visualiser les lieux et les hommes et agrémentent, s’il en était besoin, la perspicacité des dialogues.

Dernière mise à jour : 08. Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et ployez sous le fardeau, et je vous soulagerai. A qui irions-nous seigneur jésus ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Heureux les coeurs purs car ils veront Dieu. Je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance. O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous.

Cœur Immaculé de Marie, priez pour nous. Notre-Dame de la Délivrance, priez pour nous. O très douce, très bonne Vierge Marie, Mère de Dieu et ma Mère, me voici à vos pieds dans ce sanctuaire béni, où vous ne cessez de faire éclater votre puissance et votre bonté ! Je viens implorer votre miséricorde et votre secours ! Jamais vous n’avez abandonné aucun de ceux qui ont eu recours à vous. Vous ne refuserez donc pas, ô Mère bien-aimée, de vous intéresser à moi dans les nécessités qui m’accablent.

Ne méprisez pas, ô ma Mère, mes humbles prières mais daignez les exaucer. O divine Marie, mon unique Souveraine, soyez ma véritable consolation ! Adoucissez mes peines, éclairez les ténèbres de mon âme, guidez-moi dans le chemin de la vie, soyez mon trésor dans ma pauvreté, ma force et mon refuge dans mes misères et mon espérance à l’heure de ma mort. Prenez pitié de moi, ô ma Sainte et bonne Mère, accordez-moi ce que je vous demande, obtenez-moi les grâces dont j’ai si grand besoin, particulièrement celles que je viens implorer auprès de vous. O Cœur de Marie, Cœur si tendre et compatissant Cœur de Mère !

Abaissez donc un regard sur moi, étendez vers moi votre main secourable, faites-moi entendre une parole de consolation et d’espérance ! Cœur de Marie, trône de clémence, par vous nous avons accès auprès de votre divin Fils ! Aidez-nous dans nos angoisses, consolez-nous dans nos chagrins, fortifiez-nous dans nos tentations, faites-nous trouver dans la miséricorde divine un refuge assuré et éternel. Je sais, ô Reine des Cieux, que vous êtes pleine de bonté et que vous aimez d’un amour que rien ne peut éteindre, ceux que votre divin Fils a aimés en vous et pour vous d’un amour extrême.

Je sais qu’en vos mains sont les trésors de la miséricorde divine et que seule, parmi les élus, vous pouvez en disposer ! Je sais que votre main ne se donne pas de repos et que vous cherchez partout l’occasion de sauver des malheureux, de répandre les dons de la miséricorde ! Votre gloire, loin de s’obscurcir, prend chaque jour un nouvel éclat. J’ai donc confiance que vous aurez pitié de moi, ô ma bonne Mère ! O bienheureuse Vierge, en offrant vous-même mes vœux au Seigneur, rendez-les moins indignes de lui être présentés, afin que j’obtienne par votre intercession ce que je demande avec une grande confiance !

Daignez, ô tendre Mère, accompagner mes prières et larmes, et redire à Dieu mes promesses, mes supplications, mes besoins ! Daignez offrir à Dieu tout mon cœur et m’obtenir la grâce d’aimer, de bénir, d’accomplir toujours sa sainte volonté. Votre âme a été grande en vertus comme en douleurs ! Prenez donc pitié de moi ! Sans doute je n’ai pas assez aimé Dieu, je l’ai très souvent offensé et j’ai mérité toutes sortes de châtiments.