Recherches sur l’alimentation azotée des graminées et des légumineuses PDF

Manchons mycorhiziens d’amanite gainant un réseau de radicelles. La mycorhize est une composante majeure de l’édaphon. Dans cette association généralement non spécifique, les recherches sur l’alimentation azotée des graminées et des légumineuses PDF du mycélium d’un champignon colonisent les racines d’une plante.


Recherches sur l’alimentation azotée des graminées et des légumineuses, par H. Hellriegel et H. Wilfarth. En collaboration avec H. Roemer, R. Gunter ; H. Moeller et G. Vimmer. Traduit de l’allemand par E. Gourier,…
Date de l’édition originale : 1891

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Ce que l’on appelle couramment champignon, que l’on cueille avec son pied et chapeau, n’est que la  fructification  du mycélium, le sporophore, où se déroule la reproduction sexuée. Le champignon peut alors aussi contribuer à recycler la nécromasse de son hôte, au profit de leurs deux descendances. 450 millions d’années au Paléozoïque, probablement au même moment que les premières plantes terrestres. 400 millions d’années, comportent des mycorhizes morphologiquement identiques aux Glomales. Archégoniates, ainsi que des Hépatiques, sont endomycorhizés par des Glomales.

Les ectomycorhizes, quant à elles, seraient peut-être apparues au Crétacé mais les plus vieux fossiles connus ne datent que de l’Éocène. Elles ont permis la colonisation de sols antérieurement défavorables. Il semble donc qu’il y ait eu des innovations évolutives dans ce type de symbiose. Ces innovations expliquent sans doute le nombre limité de plantes capables de les contracter.

Cette apparition serait une adaptation aux régions tempérées où, pendant la saison froide ou sèche, la minéralisation de la matière organique est ralentie et l’altération des roches. Plus récemment encore d’autres formes d’endomycorhizes et d’ectomycorhizes à pelotons sont apparues chez les Ericales. Ils ont perdu secondairement l’association et illustrent le phénomène de néoténie. Les mycorhizes sont à l’origine des écosystèmes les plus complexes, et en particulier dans les forêts et notamment les forêts tropicales qui vivent et évoluent souvent sur des sols ingrats et parfois peu fertiles. Ils constituent un des éléments les plus dynamiques de la symbiose mycorhizienne et jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement et la structuration des communautés végétales. Certains groupes de champignons sont probablement des espèces-clés voire des  espèces ingénieur  qui influent sur les principaux processus écologiques du sol.