René ou la vie de Chateaubriand PDF

Un article de Wikipédia, l’rené ou la vie de Chateaubriand PDF libre. Cet article est une ébauche concernant la littérature française. Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.


Nomade en Amérique et chrétien à Jérusalem, ministre à Berlin et ambassadeur à Rome et à Londres sous la Restauration, Chateaubriand fut partout en exil sans jamais se perdre de vue.  » Il avait lui-même divisé sa vie en trois parties : le voyageur et le soldat, l’homme de lettres, l’homme d’action  » écrit André Maurois. Il fut aussi un grand amoureux, et on lira ici de belles pages sur Pauline de Beaumont et Juliette Récamier. Quant à l’écrivain, il est immense, par ses vues et sa  » hardiesse dans le choix des mots et le ramassé des images « . Maurois voit en lui l’annonciateur de Proust. On ne peut pas marcher sur les traces du géant de Combourg sans un détour prolongé par cette biographie essentielle.

René racontant l’histoire de sa vie à Chactas et au père Souël. Identifiée au préromantisme et pierre angulaire du développement du romantisme français, cette œuvre rencontre un grand succès à sa parution et plus encore sous la Restauration. En effet, à la chute de l’Empire napoléonien, toute une génération déchue de ses rêves de gloire, désorientée et réduite à l’inaction semble se reconnaître dans le personnage inventé par Chateaubriand et par son  vague à l’âme . Désenchanté, Chateaubriand voit ainsi le feu des passions s’éteindre avant qu’il n’ait pu s’embraser. En outre, la femme, par sa nature excessive, craintive, inconstante, ainsi que l’incertitude de ses sentiments entraînent les jeunes hommes dans la mollesse de leurs passions à mesure qu’ils fréquentent leur société. Ainsi, les Anciens, séparés des femmes dans les activités du quotidien, avaient l’esprit moins trouble et davantage d’énergie disponible à l’exercice de leurs passions.

Ce récit souligne les nombreuses correspondances entre la nature et le héros au tempérament romantique, qui semble dominé par des forces qui le dépassent, dans un contexte teinté de mysticisme. L’enfance de René est inspirée de celle de Chateaubriand qui vécut loin de son foyer et présentait un tempérament solitaire. Cependant, ce roman est une fiction malgré les similitudes entre l’auteur et le personnage principal. René est la suite du roman Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert paru en 1801, et s’inscrit plus généralement dans le cycle romanesque des Natchez. Exilé dans la tribu des Natchez, René raconte sur la demande de Chactas et du père Souël, respectivement ses pères adoptif et spirituel, son passé et le récit de son existence malheureuse. René décide de voyager mais rien n’y fait. Le jeune homme s’éprend également de sa sœur Amélie.

Le désespoir du jeune homme vient enfin combler le vide de son existence malheureuse. Laissant sa sœur repentante et apaisée par la vie du couvent, il s’embarque alors pour l’Amérique où il apprend par une lettre qu’Amélie est morte comme une sainte  en soignant ses compagnes . Chactas ému le prend dans ses bras et le vénérable père Souël, auditeur de ce touchant récit, lui adresse de tendres reproches et lui dit que la mort d’Amélie était le juste châtiment de la vie errante et inutile qu’il avait menée jusqu’alors. Le thème principal de ce court roman d’une cinquantaine de pages est la solitude et le sentiment de mal-être qu’elle engendre. Mais ce malaise est paradoxal, car René cherche aussi à fuir les autres dès qu’il se trouve en leur présence.