Schumann: Sa vie et ses oeuvres, d’après sa correspondance et les documents les plus récents PDF

Henri Bergson a joué un rôle intellectuel et a eu une influence dans la conception de la Société des Nations. Henri Schumann: Sa vie et ses oeuvres, d’après sa correspondance et les documents les plus récents PDF en 1878 à l’École normale supérieure. Henri Bergson est né à Paris, rue Lamartine.


This Elibron Classics book is a facsimile reprint of a 1905 edition by Eugène Fasquelle, Paris.

Il descendait par son père Michał Bergson d’une famille juive polonaise, et par sa mère d’une famille juive anglaise. Sa famille vécut à Londres quelques années après sa naissance, et il se familiarisa très tôt à l’anglais avec sa mère. Il fit sa scolarité à Paris au lycée Fontanes. Il gagna en 1877 le premier prix du concours général de mathématiques.

Cette même année, il fut nommé professeur au lycée David-d’Angers d’Angers. Il publia en 1884 des morceaux choisis de Lucrèce, accompagnés d’une étude critique du texte et de la philosophie du poète, ouvrage plusieurs fois réédité. En parallèle à son enseignement, Bergson trouva le temps de mener des travaux personnels. Bergson s’installa ensuite de nouveau à Paris, et, après avoir enseigné quelques mois au collège Rollin, il fut nommé au lycée Henri-IV, où il resta huit ans. Il eut en 1891-1892 Alfred Jarry pour élève. En 1892, il épouse Louise Neuburger.

En 1898, Bergson devint maître de conférence à l’École normale supérieure, et obtint ensuite le titre de professeur la même année. En 1904, à la mort du sociologue Gabriel Tarde, Bergson lui succéda à la chaire de Philosophie moderne. Sa troisième œuvre majeure, L’Évolution créatrice, parue en 1907, est sans conteste son livre le plus connu et le plus étudié. Il constitue l’une des contributions les plus profondes et les plus originales à l’étude philosophique de la théorie de l’évolution. Bergson se rendit à Londres en 1908 et rendit visite à William James, philosophe américain de Harvard et son aîné de 17 ans, qui fut l’un des premiers à attirer l’attention du public anglo-américain sur ses travaux. Peu avant sa mort, James assista le Dr Arthur Mitchell dans sa traduction de L’Évolution créatrice, publiée en 1911. La même année parut en France la traduction d’un livre de James, Le Pragmatisme, dont la préface « Vérité et réalité », est de la main de Bergson.