Sport (t1) et les français pendant l’occupation 1940-144 PDF

Devise : Ein Volk, ein Reich, ein Führer. Un peuple, un empire, un guide. Carte des Gaue du Troisième Sport (t1) et les français pendant l’occupation 1940-144 PDF en 1943.


Le Troisième Reich est un terme désignant l’État allemand nazi dirigé par Adolf Hitler de 1933 à 1945. Ce terme est souvent utilisé en alternance avec celui d’ Allemagne nazie . Formellement, la république, dite république de Weimar, n’a jamais été abolie. En français les expressions  Allemagne nazie  et  Troisième Reich  sont communément utilisées pour désigner le régime de Hitler — quand le contexte n’est pas ambigu, le simple mot  Reich  fait référence au régime nazi. Beaucoup d’industriels et d’hommes de droite, réunis autour de Franz von Papen et d’Alfred Hugenberg, pensaient ainsi  lever l’hypothèque  nazie et se servir d’Adolf Hitler pour ramener l’ordre dans l’Allemagne en crise, avant de s’en séparer dès qu’il n’y aurait plus besoin de lui.

Articles connexes : Gleichschaltung et Nuit des Longs Couteaux. Dès le 1er février, Adolf Hitler fait dissoudre le Reichstag par Hindenburg. Pendant la campagne électorale, la SA et les SS, milices du parti nazi, reçoivent des pouvoirs d’auxiliaires de la police. Dans la nuit du 27 au 28 février survient l’énigmatique incendie du Reichstag.

Saisissant l’occasion, Adolf Hitler fait adopter par Hindenburg un  décret pour la protection du peuple allemand  qui suspend toutes les libertés garanties par la Constitution de Weimar. En deux semaines, Göring fait ainsi arrêter 10 000 communistes en Prusse, dont le chef du KPD, Ernst Thälmann, le 3 mars. En avril, près de 30 000 arrestations ont lieu dans la seule Prusse. Bavière compte 4 000 internés, la Saxe 4 500. Entre 1933 et 1939, un total de 150 000 à 200 000 personnes sont internées, et entre 7 000 et 9 000 sont tuées par la violence d’État. De nombreuses figures de la gauche littéraire et scientifiques s’exilent, comme Thomas Mann, Bertolt Brecht et Albert Einstein dès le 28 février 1933.

D’autres sont jetées en prison comme le pacifiste Carl von Ossietzky. Les premiers camps de concentration provisoires apparaissent, où sont emprisonnés militants communistes, socialistes, et sociaux-démocrates. Dès le 20 mars 1933, Heinrich Himmler ouvre le premier camp permanent à Dachau, près de Munich. Dans tous les Länder d’Allemagne, les nazis s’emparent par la force des leviers locaux du pouvoir.