Toute lhistoire du monde (cc) PDF

Ménages français : qui sont les plus gros pollueurs ? Earth Hour : toute lhistoire du monde (cc) PDF-il éteindre les lumières pour la planète ? Doit-on éteindre la lumière pendant une heure pour lutter contre le dérèglement climatique lors du désormais célèbre événement Earth Hour ?


Il y a un siècle, ceux qui savaient lire savaient aussi se situer dans l’espace et dans le temps. Il n’en est plus ainsi. Les Français, et d’ailleurs tous les Occidentaux, sont devenus, pour la plupart, des hommes sans passé, des  » immémorants « . Notre modernité fabrique, hélas, davantage de consommateurs-zappeurs interchangeables que de citoyens responsables, désireux de comprendre et de construire. Est-il possible de déchiffrer l’actualité sans références historiques ? Comment situer, par exemple, les guerres d’Irak sans avoir entendu parler de la Mésopotamie ? On voit tout, tout de suite, en direct, mais on ne comprend rien. D’où l’idée simple, ambitieuse et modeste à la fois, d’écrire un livre assez court qui soit un récit de l’histoire du monde, fermement chronologique, pour tous ceux qui souhaitent  » s’y retrouver  » et situer leur destin personnel dans la grande histoire collective de l’espèce humaine.

Pour la cinquième édition de cette manifestation organisée par l’association WWF, entre 20h30 et 21h30 ce samedi 26 mars, le débat est toujours aussi vif. Depuis 2007, l’événement rencontre un succès inchangé de par le monde. Cette année, WWF s’attend à une participation de 126 pays et 4 000 villes qui éteindront quelque 1 200 monuments et lieux emblématiques. Le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro au Brésil, les Pyramides de Gizeh en Egypte, l’Acropole d’Athènes en Grèce, l’Alhambra de Grenade en Espagne seront ainsi plongés dans le noir une heure. 800 mégawatts ou la consommation journalière d’une ville comme Lyon. Des efforts qui peuvent toutefois s’avérer perdus dans le cas où les tensions sur le réseau entraînent une importante sollicitation des centrales au gaz et au charbon, provoquant des pics de pollution. Mais que l’on y soit favorable ou opposé, ce genre de manifestation médiatique permet surtout d’aborder un sujet de préoccupation majeur, celui de l’énergie et en particulier de l’éclairage, qui représente un cinquième de la consommation mondiale d’électricité.

Aux Etats-Unis, Los Angeles a aussi décidé en 2009 de remplacer 140 000 sources lumineuses par des lampadaires dotés d’ampoules LED. A Tokyo, l’usage de lampes basse consommation est répandu depuis plusieurs années. L’éclairage urbain est aussi moins intense à Pékin, de nombreux bâtiments publics étant éteints pendant la nuit. Cette entrée a été publiée dans Climat, Energie. 146 commentaires à Earth Hour : faut-il éteindre les lumières pour la planète ?

Ping : Earth Hour : faut-il éteindre les lumières pour la planète ? Comme dit dans l’article, mieux vaut prendre, pour Mr Toutlemonde, ces habitudes économes tout au long de l’année plutôt que de se donner bonne conscience un jour par an. Merci pour les quelques vues nocturnes des villes, c’est vraiment magnifique. Le vrai problème c’est la politique et le business. Bref, le citoyen peut éteindre ses lumières et arrêter le de se laver, cela n’empêchera pas le big business de faire ce qu’il veut puisque les pouvoirs politiques sont défaillants et les citoyens apathiques. Il n’y a qu’à se souvenir des films-catastrophe de Nicolas Hulot à l’adresse du public, généreusement sponsorisés et publicisés par le big business! Résultat: on culpabilise les citoyens et le business se frotte les mains de s’être refait une virginité à pas cher.

Comment ne pas comprendre avec cela, que l’écologie et les messages pour  la planète  sont facilement instrumentalisés pour la communication du business des multinationales? Ce que cela veut dire, c’est que la seule action utile possible est politique, et que tant que les citoyens ne voudront pas vraiment que la politique s’oppose concrètement aux débordements du business, au lieu de fricoter avec comme aujourd’hui, aucune issue n’est envisageable. Par conséquent, au lieu de se contenter de se donner bonne conscience avec des actions comme celles-ci, il vaut mieux se positionner par rapport aux vraies questions fondamentales: qui détient le pouvoir et l’argent aujourd’hui? Il est EVIDENT que rien n’est possible sans un mouvement politique fort et déterminé, représentatif de la volonté citoyenne et donc une vraie démocratie, et n’en déplaise aux rêveurs, cela n’est possible que dans un cadre NATIONAL FORT, car aux niveaux internationaux, ce sont les multinationales et la finance globale qui font la loi. Ce qu’on ne dit pas, c’est que pendant une heure, les gens allument des bougies, ce qui est fortement polluant aussi, et même toxique ! Bref, encore une supercherie écolo à bannir ! Mais s’est-on déjà penché sur les relations de la psychologie humaine avec l’obscurité et le noir ?