Traces du Temps en Berry PDF

Au cours d’une promenade en canoë sur le Loing, traces du Temps en Berry PDF jeunes femmes, Animène et Miranda, font la connaissance d’un étrange mais sympathique personnage : Guillaume Lespinasse, dit « Ré d’Bâton », le fantôme d’un marinier noyé en cet endroit trois siècles plus tôt. Celui-ci va se proposer comme guide aux deux filles qui s’interrogent sur l’origine et l’invention de l’écluse.


Leur enquête les conduira sur les rives du Thouet, en Anjou, ainsi qu’au XVIIIe siècle, sur le chantier d’un canal. Les recherches d’Animène et Miranda se déroulent sur quatre chapitres entrecoupés par trois « cahiers techniques » qui approfondissent un ou plusieurs thèmes abordés dans le chapitre qui précède. Ces cahiers sont largement illustrés de documents anciens, en plus des présentations en bande dessinée. On y trouvera notamment présentés plusieurs types de portes marinières utilisées autrefois jusqu’au début du XXe siècle, et la description de leur fonctionnement. 37 de la collection des Cahiers du Musée de la Batellerie de Conflans-Sainte-Honorine, paru au printemps 1997.

Pourquoi donc ce parti-pris de raconter cette évolution technique sous forme de bande dessinée ? C’est très simple : un tel sujet, pour être bien compris, nécessitait de toutes façons un grand nombre de dessins. C’est le fameux adage « un petit dessin vaut mieux qu’un long discours ». Alors pourquoi ne pas opter pour le tout-dessin, c’est à dire une bande dessinée qui rendrait ce récit plus digeste et plus ludique ?

C’est l’option que je proposai alors à Laurent Roblin, tout jeune nouveau conservateur du musée, et qui devait rapidement devenir un ami. Laurent est un grand amateur de bande dessinée et a adhéré tout de suite au projet Cette idée s’inscrivait bien pour lui dans la démarche d’ouverture pédagogique qu’il voulait insuffler au musée. 72 pages, noir et blanc sous couverture souple couleur, plus une double page centrale en couleur « anatomie d’une écluse des XVIIe et XVIIIe siècles. Edition DRAC Ile-de-France et Musée de la Batellerie de Conflans, 1997.