Traité d’analyse chimique quantitative : dosage et séparation des corps. 2 (Éd.1885) PDF

L’étude du monde à l’échelle moléculaire soumise paradoxalement à des lois singulières, comme le prouvent les récents développements nanotechnologiques, permet de mieux comprendre les détails de traité d’analyse chimique quantitative : dosage et séparation des corps. 2 (Éd.1885) PDF monde macroscopique. La physique, et surtout son instrumentation, est devenue hégémonique après 1950 dans le champ de la science de la matière. Les avancées en physique ont surtout refondé en partie la chimie physique et la chimie inorganique.


Traité d’analyse chimique quantitative : dosage et séparation des corps simples et composés, les plus usités… : avec 239 grav. dans le texte. 2 / par R. Fresenius,… ; trad. de l’allemand sur la 6eme éd. par C. Forthomme,…
Date de l’édition originale : 1885
Sujet de l’ouvrage : Analyse quantitative (chimie)

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Tubes à essai contenant des solutions et des précipités. Articles détaillés : Histoire de la chimie, Alchimie et Histoire de la découverte des éléments chimiques. L’art de la kemi, par exemple les poisons minéraux, a pu influencer la magie noire. Al kem signifie aujourd’hui en arabe ‘la quantité’, attestant que la chimie passe par une précoce approche quantitative de la matière, couvrant indistinctement le champ des premiers procédés chimiques comme celui du dosage en pharmacopée. La chimie se présente comme l’art de la terre et le savoir sur la terre.

En persan,  Kimiya ,  kimyaw  ou  Kamyâb  pour les Iraniens d’aujourd’hui, signifie rare. La distillation fractionnée sert à séparer des corps chimiques de différentes volatilités. Le recueil méticuleux de phases vapeur semble l’une des plus anciennes opérations chimiques connues. L’art d’employer ou de trier, préparer, purifier, de transformer les substances séchées mises sous forme de poudres, qu’elles proviennent du désert ou de vallées sèches, a donné naissance à des codifications savantes. Outre la connaissance du cycle de l’eau et des transports sédimentaires, la maîtrise progressive des métaux et des terres, les Anciens Égyptiens connaissent beaucoup de choses. L’art de la terre égyptien a été enseigné en préservant une conception unitaire. Les temples et les administrations religieuses ont préservé et parfois figé le meilleur des savoirs.

Ils croyaient à la possibilité de la transmutation et cherchèrent en vain dans cette perspective l’obtention de  l’al-iksir  qui prolongerait la vie. Dans le même temps, guidés par des préoccupations plus pratiques, ils se livraient dans leurs laboratoires à des expérimentations systématiques des corps. Disposant de tableaux indiquant les poids spécifiques, ils pouvaient en les pesant, les distinguer, les reconnaître par des analyses sommaires et, quelquefois même les reconstituer par synthèse. Nos repères de pensée taxonomique sont profondément influencés par les civilisations grecques puis hellénistiques, férues de théorisations, qui ont lentement esquissé de façon sommaire ce qui encadre aux yeux profanes la chimie, la physique et la biologie.

La religiosité hellénistique a ainsi légué aussi bien le bain-marie, de Marie la Juive que l’abscons patronage d’Hermès Trismégiste, divinité qui prétendait expliquer à la fois le mouvement et la stabilité de toute chose humaine, terrestre ou céleste. Au cours des siècles, ce savoir empirique oscille entre art sacré et pratique profane. Il s’est préservé comme l’atteste le vocable chimia des scolastiques en 1356, mais savoir et savoir-faire sont souvent segmentés à l’extrême. Riche de promesses, la chimie reste essentiellement qualitative et bute sur le retour incessant des croyances écartées. Les alchimistes ont subsisté jusqu’en 1850. Ils étaient acceptés par les croyances communes, poursuivant la quête de la pierre philosophale et continuant l’alchimie sous une forme ésotérique.

La chimie a connu une avancée énorme avec Antoine Lavoisier qui l’a promue au rang de science exacte. Les biographies des savants français et étrangers se trouvent dans les articles répertoriés dans la Catégorie:Chimiste ou de la Liste de chimistes. John Dalton à son modeste bureau de laboratoire mancunien. L’étude qualitative de la matière a naturellement conduit les premiers chimistes des années 1620-1650 à modéliser sa composition, puisant librement, mais non sans méfiance dans une abondante tradition antique. L’obstination de nombreux chimistes souvent incompris, tel Berzelius en pionnier de l’électrovalence dès 1812, a servi pour réaffirmer la possibilité d’une modélisation à la fois mécaniste et géométrique par le biais d’une architecture atomique. Mais malgré la suprématie et l’influence politique des équivalentistes, le revirement s’opère. Représentation de l’atome d’oxygène selon le modèle de Bohr : autour du noyau, les électrons en orbite.

Son influence éveille une intense recherche de classification des éléments qui débouche notamment sur les classifications périodiques de Mendeleïev et de Meyer. Les orbitales atomiques représentées par les nuages électroniques probabilistes et modélisées à l’aide des équations de la mécanique quantique, le meilleur outil théorique actuel pour décrire le comportement des liaisons quantifiées des atomes et molécules. Les travaux de Joseph John Thomson, découvreur de l’électron en 1897, prouvent que l’atome est constitué de particules électriquement chargées. Auparavant, la réaction chimique et un nombre restreint de techniques physico-chimiques s’imposaient en ultime recours pour détecter ou caractériser une molécule. Maintenant, il existe diverses méthodes de mesures. La chimie est divisée en plusieurs spécialités expérimentales et théoriques à l’instar de la physique et de la biologie, avec lesquelles elle partage parfois des espaces d’investigations communs ou proches. En particulier, l’application de la mécanique quantique à la chimie a donné naissance à la chimie quantique.